Permaculture vs agriculture industrielle : le sens des priorités

Le progrès technologique est décidément prodigieux : avec une moissonneuse-batteuse, un seul homme peut couvrir à lui seul des hectares de terrain, avec un avion il peut répandre des pesticides à volonté.

Lorsqu’on regarde la productivité par heure travaillée dans l’agriculture, la technologie fait des miracles :

C’est là tout le danger de ne raisonner que sur des chiffres et des statistiques détachées de la réalité : Science sans conscience n’est que ruine de l’âme.

La véritable question à se poser est la suivante : parmi toutes les statistiques, dans l’éventail complet des possibilités, que faut-il privilégier, où doit-on mettre les priorités ? Si la première priorité que l’on retient est effectivement la productivité par heure/humain travaillée alors, aucune hésitation, il est indispensable de faire avancer la technologie encore davantage, au point même où des robots pourraient eux-mêmes faire les semis, l’arrosage, l’épandage de pesticides, fongicides, engrais, et la récolte voire même les transformations et emballages des produits. Tout cela pour plus de profits financiers pour les propriétaires terriens puisque plus un seul être humain ne serait nécessaire pour dégager des bénéfices d’une parcelle de terrain.

Pendant ce temps, en gardant un esprit ouvert, alerte et à l’affût de toutes les données qui peuvent nous aider à prendre des décisions, on peut constater que :

  • l’utilisation massive de pesticides provoque de multiples effets secondaires, dont l’empoisonnement des humains et de la faune (on pense aux abeilles mais c’est tout l’écosystème qui est touché, dont on sait pourtant qu’il est formé de boucles de rétroactions et de cycles de consommation par les chaînes alimentaires), la contamination des sols et de l’eau des sous-sols qui se répand dans tout l’environnement y compris dans vos verres et dans vos assiettes,
  • la culture industrielle oblige à la monoculture, pari très risqué lorsqu’un unique parasite détruit un type de culture comme ce fut le cas en Irlande avec la pomme de terre, d’autant plus que, en éliminant les arbres sur les surfaces cultivées, le sol et la végétation sont exposés à l’asséchement puisque non protégés des rayons du soleil et du vent, obligeant l’agriculteur à gaspiller de l’eau pour tenter de garder de l’humidité dans son champ,
  • le choix de la monoculture pousse à l’usage de pesticides car la plante cultivée, privée d’un environnement naturel, ne bénéficie d’aucune aide de son environnement pour résister à des attaques et doit donc être protégée artificiellement,
  • le labour combiné à la chimie appauvrit considérablement les sols, éliminant toute vie en son sein et en profondeur (disparition massive des vers de terre), de laquelle dépend pourtant tout ce qui peut pousser en surface,
  • l’agriculture industrielle est très consommatrice d’énergie (pétrole principalement) et accessoirement de ressources (métal, caoutchouc, etc.) alors que nous savons que nous utilisons déjà les ressources de la planète de manière irraisonnée et non durable dans le temps,
  • la population mondiale augmente,
  • les surfaces cultivables sur l’ensemble du globe sont quasiment toutes déjà utilisées et tendent même à diminuer dans certaines régions, remplacées par du béton, nous avons donc intérêt à tirer parti au maximum de chaque mètre carré pour produire de la nourriture afin de nourrir tout le monde,
  • les rendements au mètre carré obtenus en permaculture dépassent de très loin ceux de la monoculture industrielle, l’inconvénient étant que la permaculture nécessite l’intervention humaine constante et ne peut être mécanisée ou industrialisée, chaque lopin de terre ayant ses propres particularités,
  • par ailleurs, la permaculture utilise très peu de ressources si ce n’est de la matière grise et de l’huile de coude, toutes deux proportionnelles au nombre de bouches à nourrir,
  • les humains sont remplacés partout et dans tous les domaines par des machines, conduisant à un chômage qui ne peut qu’augmenter de manière irréversible dans les décennies à venir, provoquant par ailleurs une crise existentielle puisque l’humain devient inutile, sans compter que, dans le système économique et social actuel, cela le conduit à mourir de faim ou à être « entretenu » par des systèmes palliatifs de charité, on a connu avenir plus glorieux…

Ces constats énoncés, il semble évident que nous devons arrêter l’agriculture industrielle et basculer au plus tôt vers la permaculture partout, avec pour résultats quasi immédiats :

  • quantité de nourriture produite à l’hectare bien supérieure,
  • suppression du chômage, reconnexion des humains avec la nature et leur environnement,
  • utilisation raisonnée des ressources (eau, pétrole, etc.),
  • revigoration des sols, de la flore et de la faune, restaurant les cycles naturels et augmentant les rendements encore davantage.

L’unique inconvénient étant le manque à gagner de l’industrie des pesticides et des machines, provoquant sans aucun doute un ralentissement de la Sacro-Sainte Croissance. Est-ce bien grave ? Ça l’est sans aucun doute pour le système de la monnaie-dette qui nous étrangle aujourd’hui, mais en changeant de système monétaire, c’est au contraire un véritable salut.

Restons tout de même conscients que l’un des principaux défis de la permaculture est qu’il n’y a pas un manuel universel pour procéder. Une fois acquises un certain nombre de grandes lignes, elle requiert une formation solide dans de nombreux domaines (chimie, botanique, physique, etc.), tâtonnements, expérimentations, en fonction du type de terrain et de la topologie, du climat, des ressources disponibles en eau… c’est exactement à cela que l’humain excelle et qui sera très difficilement automatisable. Dans un premier temps, on peut envisager que l’intelligence artificielle, par l’accumulation de retours d’expériences, pourra permettre d’aider l’humain à faire des choix. Mais il est encore loin, le jour où des robots suffisamment multifonctionnels comme ceux de la série Humans nous remplaceront dans des champs en permaculture. Ce jour-là, peut-être pourrons-nous alors définitivement nous reposer sur nos lauriers, et enfin faire de notre vie exactement ce qui nous chante. À condition bien sûr que nous ayons d’ici là repris la pleine souveraineté sur la monnaie et la prise des décisions collectives.

Je vous invite à retrouver ces aspects ainsi que bien d’autres dans mon roman, « Le Président Providentiel ».

L’aberration des partis politiques

Petit extrait de mon dernier roman, « Le Président Providentiel ».

L’un des personnages s’en prend au système des partis politiques, les accusant de pourrir la politique :

« La meilleure preuve, c’est que les Verts soient un parti. L’écologie devrait être au cœur du débat de tous les partis. On cloisonne totalement les idées au sein d’un parti. Au lieu de proposer les idées à la carte, on propose un menu 100 % poisson ou bien un menu 100 % viande. Si vous voulez du poisson en entrée mais de la viande en plat principal, c’est impossible. Ou bien on vous présente un menu végétarien dans lequel la seule boisson comprise est une bouteille de vin. Si vous voulez du jus de fruit, vous n’avez pas le choix, ça sera une bouteille de vin. Et on vous oblige à la boire ! Présenté comme ça, ça semble totalement absurde, c’est pourtant ce que font les partis politiques avec les idées. Jusqu’au point où si vous êtes écologiste alors vous devez forcément être d’accord sur tout le reste, ce qui est totalement farfelu. Vous avez des écologistes qui sont à droite, d’autres à gauche, certains sont pour l’immigration et d’autres contre, certains sont pro-européens et d’autres anti-européens, etc. Ben oui, les idées c’est pas au menu, c’est à la carte ! […] les partis politiques ne sont pas une solution à un problème, ils sont le problème. »

Les conséquences sur la politique du système des partis vont d’ailleurs même encore plus loin.

L’un des arguments généralement donné en faveur des partis est qu’ils rassemblent les gens autour d’une même idée, d’un même idéal. Force est de constater que cet argument ne tient pas une seconde : les partis font systématiquement naître des dissensions en leur sein, se séparant régulièrement en plusieurs partis, ou bien recréant un autre parti sous un autre nom, et ce dans une boucle sans fin. Sans compter bien sûr l’inévitable course des égos qui s’opposent pour diriger le parti, Graal de puissance…

La force des partis est justement de diviser la population, de l’empêcher de s’unir. Un parti fait systématiquement apparaître au sein du groupe des idées sur lesquelles les membres ne peuvent pas s’unir. Tout simplement parce que le menu est fixe et que tout membre du parti doit avaler jusqu’à la dernière goutte tout ce qu’il n’aime pas. Il n’y a donc pas meilleur moyen de diviser les gens à terme.

En revanche, une population entière peut se rassembler autour d’une idée, pour peu que cette idée soit bien choisie.

Un exemple de question pour formuler une bonne idée qui rassemble :

« Devons-nous laisser une minorité créer la monnaie et rester à jamais les esclaves de cette minorité ? »

Bien sûr, pour répondre à cette question et se rassembler derrière la réponse, il est indispensable de connaître le système de création monétaire actuel par la dette et ainsi connaître ses défauts. Combien de personnes connaissent réellement ce système ? Combien se demandent comment il fonctionne ? De mon expérience, une ultra minorité de la population seulement. Tout simplement parce que les médias ne mettent jamais, Ô Grand Jamais, la question de la création monétaire dans leurs programmes.

La Ğ1 et le concept de monnaie libre qui la porte est un exemple parfait d’idée rassembleuse : on trouve parmi les membres de la Ğ1 tout et son contraire, tous rassemblés autour d’une même idée, même s’ils ne sont potentiellement pas du tout d’accord sur tout le reste.

Une erreur de diagnostic conduit toujours à un mauvais traitement

Les Français veulent que les impôts baissent : https://www.boursier.com/…/baisser-les-impots-est-une-prior…

Pourtant, la baisse des impôts ne pourra se faire qu’en changeant de système monétaire. Le système de monnaie-dette actuel ne peut conduire à terme qu’à des confiscations de plus en plus lourdes pour permettre d’alimenter les intérêts que perçoit le secteur bancaire.

Pour le comprendre, il suffit de se placer sur une île avec 10 naufragés + 1 banquier. Afin de permettre les échanges sur l’île, le banquier, qui est un banquier moderne utilisant le système de crédit des banques actuelles, propose de faire un crédit de 100 à chaque naufragé. Il n’a presque rien en poche, mais c’est un banquier et les autres naufragés lui font confiance car il a encore sa cravate. Il leur propose alors de lui rembourser 100 ainsi que 5 d’intérêts au bout d’un an. Il est simple de comprendre que :

  • il y a 100 x 10 = 1000 au total en circulation dans l’île.
  • le total des remboursements devra être de (100+5) x 10 = 1050, ce qui est totalement impossible puisqu’il n’y a pas assez de monnaie en circulation.

Pour résoudre ce problème, la seule solution est qu’au bout d’un an les naufragés fassent de nouveaux crédits pour obtenir plus de monnaie… ce qui causera encore davantage d’intérêts. À noter que, lorsqu’on rembourse 105 au banquier, il détruit 100, c’est le principe même des crédits à l’heure actuelle.

Tout le système monétaire actuel est basé sur ce concept, ce qui crée :

  • l’accaparement de la monnaie par ceux qui octroient des crédits (les banques),
  • l’endettement croissant des états, des entreprises et des ménages,
  • la course à la croissance économique (et les ravages qu’elle occasionne), qui est une condition sine qua non pour que le système monétaire continue de fonctionner.

Ce n’est qu’une fois qu’on a compris ce principe simple, mais qui n’est jamais expliqué aussi simplement aux citoyens, qu’on peut envisager des solutions alternatives.

Je l’expose dans mon livre sur la monnaie ainsi que dans « Le Président Providentiel » :

 

Le Président Providentiel est sorti

« Le Président Providentiel » est un roman qui s’adresse à tous ceux qui :

  • se posent des questions sur le fonctionnement du système dans lequel nous vivons, la dette colossale de la France et de la plupart des pays, l’épuisement des ressources, la montée de la pauvreté et les guerres,
  • se demandent pourquoi et comment la République et les élections génèrent autant de corruption, autant de conflits d’intérêts, et si c’est vraiment cela, la démocratie.
  • questionnent la fiabilité des médias, autant que celle des politiciens,
  • et bien d’autres sujets comme la géopolitique, l’éducation, la justice, l’agriculture, la santé…

Il est disponible :

  • au format papier standard sur Amazon (le début y est consultable gratuitement en feuilletant le livre) et Lulu,
  • au format papier grand format (19 × 23,5 cm) et grands caractères (taille 18) sur Amazon,
  • au format électronique (epub sans DRM) sur Lulu, Kobo et Librinova (et donc disponible en librairie),
  • au format électronique kindle sur Amazon,
  • au format papier en Ğ1 sur gchange au format normal et grands caractères,
  • au format électronique en Ğ1 sur gchange.

Bonne lecture !

 

Lorsque vous l’avez lu, merci de laisser un commentaire sur l’un de ces sites (attention, il faut avoir acheté pour 50€ de produits dans les 12 derniers mois sur Amazon pour pouvoir y laisser un avis – inutile de vous y inscrire juste pour laisser un commentaire, ça ne fonctionnera pas).

« La monnaie : ce qu’on ignore » est sur Kobo et gratuit ce week-end !

Mon livre « La monnaie : ce qu’on ignore » est enfin sur Kobo !

https://www.kobo.com/ebook/la-monnaie-ce-qu-on-ignore

Pour fêter ça, il sera gratuit ce week-end jusqu’à dimanche soir. Si en échange vous pouviez laisser des commentaires sur kobo et les autres plateformes (lulu, amazon, iBooks), je vous en serais très reconnaissant. Bonne lecture !

Livres voyageurs !

À l’occasion des RML 11, je suis heureux d’annoncer qu’une édition spéciale du livre « La monnaie : ce qu’on ignore » voit le jour. Cette édition n’est pas vendue, elle est semée. Sur la couverture, une étiquette tape-à-l’œil invite le passant à se saisir du livre et à partir avec :

À l’intérieur, il découvre un code unique pour son exemplaire, ainsi qu’un QRCode à scanner qui l’envoie vers la page https://tdlp.info/fr où il peut alors saisir sa localisation et d’éventuels commentaires. Lorsqu’il a fini de lire le livre, il est invité à le laisser traîner dans un endroit fréquenté, pour que d’autres puissent en profiter à leur tour, et laisser une trace pour les suivants. Quelques-uns sont déjà semés, laissons-les faire le tour du monde !

Première vidéo sur ma nouvelle chaîne Youtube

Bonjour à tous,
je démarre une chaîne youtube avec une toute première vidéo qui donne le ton des suivantes: une série de vidéos sur la monnaie va bientôt être postée, avec des extraits simplifiés de mon livre sur la monnaie.
N’hésitez pas à vous inscrire à la lettre d’information (dans le champ texte à gauche de cette page) pour être mis au courant des nouveautés, il n’y aura que très peu de mails envoyés, promis !

Rendez-vous sur ma chaîne: https://www.youtube.com/watch?v=cyp79WVIKfI