L’aberration des partis politiques

Petit extrait de mon dernier roman, « Le Président Providentiel ».

L’un des personnages s’en prend au système des partis politiques, les accusant de pourrir la politique :

« La meilleure preuve, c’est que les Verts soient un parti. L’écologie devrait être au cœur du débat de tous les partis. On cloisonne totalement les idées au sein d’un parti. Au lieu de proposer les idées à la carte, on propose un menu 100 % poisson ou bien un menu 100 % viande. Si vous voulez du poisson en entrée mais de la viande en plat principal, c’est impossible. Ou bien on vous présente un menu végétarien dans lequel la seule boisson comprise est une bouteille de vin. Si vous voulez du jus de fruit, vous n’avez pas le choix, ça sera une bouteille de vin. Et on vous oblige à la boire ! Présenté comme ça, ça semble totalement absurde, c’est pourtant ce que font les partis politiques avec les idées. Jusqu’au point où si vous êtes écologiste alors vous devez forcément être d’accord sur tout le reste, ce qui est totalement farfelu. Vous avez des écologistes qui sont à droite, d’autres à gauche, certains sont pour l’immigration et d’autres contre, certains sont pro-européens et d’autres anti-européens, etc. Ben oui, les idées c’est pas au menu, c’est à la carte ! […] les partis politiques ne sont pas une solution à un problème, ils sont le problème. »

Les conséquences sur la politique du système des partis vont d’ailleurs même encore plus loin.

L’un des arguments généralement donné en faveur des partis est qu’ils rassemblent les gens autour d’une même idée, d’un même idéal. Force est de constater que cet argument ne tient pas une seconde : les partis font systématiquement naître des dissensions en leur sein, se séparant régulièrement en plusieurs partis, ou bien recréant un autre parti sous un autre nom, et ce dans une boucle sans fin. Sans compter bien sûr l’inévitable course des égos qui s’opposent pour diriger le parti, Graal de puissance…

La force des partis est justement de diviser la population, de l’empêcher de s’unir. Un parti fait systématiquement apparaître au sein du groupe des idées sur lesquelles les membres ne peuvent pas s’unir. Tout simplement parce que le menu est fixe et que tout membre du parti doit avaler jusqu’à la dernière goutte tout ce qu’il n’aime pas. Il n’y a donc pas meilleur moyen de diviser les gens à terme.

En revanche, une population entière peut se rassembler autour d’une idée, pour peu que cette idée soit bien choisie.

Un exemple de question pour formuler une bonne idée qui rassemble :

« Devons-nous laisser une minorité créer la monnaie et rester à jamais les esclaves de cette minorité ? »

Bien sûr, pour répondre à cette question et se rassembler derrière la réponse, il est indispensable de connaître le système de création monétaire actuel par la dette et ainsi connaître ses défauts. Combien de personnes connaissent réellement ce système ? Combien se demandent comment il fonctionne ? De mon expérience, une ultra minorité de la population seulement. Tout simplement parce que les médias ne mettent jamais, Ô Grand Jamais, la question de la création monétaire dans leurs programmes.

La Ğ1 et le concept de monnaie libre qui la porte est un exemple parfait d’idée rassembleuse : on trouve parmi les membres de la Ğ1 tout et son contraire, tous rassemblés autour d’une même idée, même s’ils ne sont potentiellement pas du tout d’accord sur tout le reste.

Une réflexion sur « L’aberration des partis politiques »

  1. Bonjour c’est exactement cela ! tous rassemblés autour d’une même idée “Devons-nous laisser une minorité créer la monnaie et rester à jamais les esclaves de cette minorité” non donc voilà la monnaie libre mais avec des points de vue très divers ! la biodiversité dans la nature et les différentes pensées chez l’humain pour que la vie se poursuive ! bravo encore pour ton roman !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *