2 réflexions au sujet de « Un livre sur la monnaie à gagner ! »

  1. Entièrement d’accord avec vous sauf sur un point : l’utilisation de la monnaie dite « libre » G1 pour sortir du système : je me suis inscrit sur le site « monnaie M » qui fonctionne selon ces principes et ça ne marche pas pour 2 raisons principales :
    _Il faut attendre que suffisamment de monnaie nous arrive par hélicoptère pour commencer à échanger et tant que nous sommes peu nombreux il faut attendre longtemps. C’est absurde : la monnaie sert en premier lieu à mesurer la valeur d’un échange et l’écriture de la mesure doit venir après l’échange et non avant.
    _Tout le monde reçoit la même quantité de monnaie, ce qui peut paraître démocratique mais est hors réalité : celui qui est très polyvalent et vit presque en autarcie a beaucoup moins besoin de monnaie que celui qui est très spécialisé et dépend beaucoup des échanges avec les autres.
    Je préconise plutôt un système où ce sont les échanges qui créent la monnaie juste nécessaire, ce qui n’exclut pas un revenu de base lorsque nous sommes suffisamment nombreux pour assurer l’essentiel de nos besoins, mais qui peut démarrer tout de suite dans un « Système d’Echanges Libres », synthèse des SEL et monnaies complémentaires ou locales.
    Explications plus détaillées sur le site :
    http://democratie-sociale.fr/le-systeme-monnaie-pleine-citoyenne/
    et, de façon transitoire:
    http://democratie-sociale.fr/2018/le-systeme-dechanges-libres/

    1. Bonjour Denis.
      Première précision, Monnaie M n’a pas vraiment fonctionné par manque d’utilisateurs. En revanche les plus de 1400 utilisateurs de la Ğ1 échangent sérieusement et sans problème majeur.

      Pour répondre à vos questions :
      – l’amorce du système s’est faite en douceur : vous n’avez que 10 Ğ1 chacun parce qu’on est au début de la monnaie ? À vous de juger de combien de Ğ1 vous pouvez vous séparer pour acheter tel bien ou tel service en fonction de vos autres besoins. Tout s’ajuste simplement au cours du temps. Quant à ce que la monnaie soit une « mesure », elle sert avant tout de lubrifiant de l’économie : elle est là pour permettre aux humains qui l’utilisent de faire des échanges. Lorsque cette économie est rodée, elle peut alors devenir un étalon, mais pas avant. La monnaie libre est d’ailleurs la seule qui permet d’avoir un étalon par son DU, toute autre monnaie va mécaniquement varier et ne permet pas d’avoir d’étalon stable.
      – le fait que chacun crée la même part de monnaie est une simple affaire de justice la plus basique. Vous pensez qu’il faut créer autant de monnaie que les besoins ? Dans ce cas, vous devez absolument utiliser la monnaie créée par la dette qui est en vigueur partout dans le monde puisque c’est exactement son principe. Plus sérieusement, il me semble que vous confondez deux choses : la création monétaire et le gain de monnaie par les échanges. Vous partez du principe que la création monétaire est largement supérieure aux échanges, puisque vous semblez penser que celui qui vit en autarcie va se retrouver avec des tonnes de monnaie dont il ne saura que faire tandis que le spécialiste va se retrouver à court de monnaie. Or dans la pratique, on observe déjà au sein de la Ğ1 le phénomène exactement inverse, alors que nous n’en sommes pourtant qu’au début dans la mesure où la Ğ1 n’a même pas 2 ans d’existence, ce qui n’est rien à l’échelle d’une vie. En exerçant uniquement mon activité d’écrivain, j’ai gagné pendant un an deux fois plus de Ğ1 que ce qu’un membre crée dans le même temps. Ce que vous voyez comme problème n’en est pas un : celui qui vit en autarcie a peu de besoins mais il fournit également peu de biens et de services à la communauté. Il va donc échanger peu. Peut-être même va-t-il dépenser toute la monnaie qu’il aura créée sans en gagner. C’est très bien : toute sa monnaie se retrouve alors là où les gens en ont le plus besoin en terme d’échanges. En revanche, il y a fort à parier que le spécialiste qui fournit des biens ou des services rares et de qualité va gagner énormément de monnaie par ses activités, ce qui lui permet alors d’échanger beaucoup.

      Quant à la « monnaie pleine », comment mesurez-vous les « besoins » de l’économie et de tout un chacun ? Qui vous dit que certains ne vont pas créer des besoins artificiels pour bénéficier de plus de monnaie ? J’ai d’ailleurs commenté l’article suivant mais vous n’avez probablement pas vu mon commentaire http://democratie-sociale.fr/2017/theorie-de-la-creation-monetaire/

      La monnaie pleine n’est tout simplement pas possible à mettre en place compte tenu de la relativité des valeurs, vous ne faites que déporter le problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *