L’arnaque du Revenu Universel d’Activité

Le Gouvernement étudie actuellement dans le plus grand silence médiatique, depuis de nombreux mois, le remplacement des aides sociales par une aide unique au doux nom de « Revenu Universel d’Activité ».

Une arnaque de plus

Que cache cette nouvelle mesure, annoncée pour très bientôt, puisque c’est pour 2020 ? Vu l’échéance, on en entend très peu parler dans les médias. Mais il y a un très joli site bien touffu de « consultation citoyenne »… avec une participation citoyenne extrêmement faible, logique. C’est bien le signe qu’on vous prépare le coup du lapin assorti de « mais, on a consulté les citoyens avant ! ». Un peu comme le référendum ADP.

En résumé, ça pue l’arnaque. Le Gouvernement va encore probablement faire des « économies », tirant tout le monde encore plus vers le bas. Mais bien sûr, tout en s’assurant que les plus miséreux aient leur miche de pain pour éviter qu’ils se révoltent. Attention ça va piquer !

Sous couvert affiché de « lutter contre la pauvreté », il s’agit en réalité d’aider le Medef à baisser les salaires encore davantage. Astuce pratique pour traiter tous les opposants de vilains capitalistes qui refusent de lutter contre la pauvreté. On ne peut d’ailleurs que s’inquiéter davantage puisque le Gouvernement s’apprête à démanteler « l’Observatoire national de la pauvreté » juste avant l’arrivée de cette réforme. Hasard de calendrier ? Peut-être pas.

Inciter à travailler – coûte que coûte

En réalité, le but à peine caché est de « mettre les fainéants au travail ». C’est dit avec des fleurs, mais le message de fond est bien celui-là. En clair, bien vous mettre la tête dans la gadoue pour vous obliger à trouver un travail coûte que coûte, sans aucun doute, ce revenu sera… frugal, comparé aux aides actuelles. C’est pour votre bien : lorsque vous retrouverez un travail, vous gagnerez plus d’argent ! D’autre part, il est prévu d’être dégressif pour que vous n’ayez plus le choix à un moment donné : vous prostituer ou mourir de faim. Ce qui aura pour effet évident une baisse générale des salaires.

Pour rappel, les différentes aides sociales existantes sont rarement là juste pour la déco. Elles existent pour palier à des problèmes spécifiques de chaque individu. Tout le monde n’a pas les mêmes contraintes. Ni les mêmes handicaps. Pas non plus les mêmes difficultés à retrouver un travail. Activités saisonnières, intermittentes, à temps plein ou non, en horaires décalés, etc. Pas les mêmes contraintes budgétaires en fonction de la famille et du lieu où on habite, etc.

Au fait, le RUA s’appliquera-t-il aux Élus de la Ripoublique et aux Milliardaires ?

Universel ?

« Revenu Universel Sous Conditions de Ressources ». Universel ? Non puisque « sous condition ».

L’oxymore parfait.

L’art de détourner les mots et de les utiliser pour ce qu’ils ne sont pas, version Novlangue. Si c’était « Universel », ce serait versé à chaque individu, qu’il travaille ou non, quelle que soit sa situation. Ce qui, au passage, l’inciterait très clairement à travailler puisque cela viendrait s’ajouter à son salaire. Mais il ne faut pas rêver non plus. Les expériences de ce type sont « trop coûteuses » pour un état asphyxié par des décisions budgétaires et économiques absurdes. Lesquelles ?

Détourner l’attention, toujours

Évidemment, il s’agit comme d’habitude d’une redistribution monétaire qui ne pose pas les bonnes questions. On détourne systématiquement les têtes de là où il faudrait regarder.

  • Évasion fiscale = 100 milliards d’euros par an. Mais on tape sur les chômeurs et l’APL des étudiants. Tout en supprimant l’ISF, ce qui a eu pour effet de bord prévisible de diminuer les dons aux associations caritatives.
  • Dette publique due aux intérêts = 40 milliards d’euros par an. Dette jamais remise en question bien qu’illégitime.
  • Lobby de la grande distribution qui se permet d’occuper illégalement des sols = plus de 400 milliards d’euros d’arriérés. Tandis qu’on met une amende de 500€ pour un SDF ou un gilet jaune qui a érigé une cabane.
  • Bradage systématique au privé des infrastructures publiques dans lesquelles on vient d’investir massivement : autoroutes, gares, aéroports, Française des Jeux, barrages, etc. Les Grecs ont dû le faire sous la contrainte et les menaces. Pour la France, c’est fait tranquillement au vu de tous, petit-à-petit.

Escamoter systématiquement l’essentiel

Inonder la population de complications pour qu’elle n’ait jamais le temps de s’interroger sur la racine des problèmes. S’assurer qu’elle vit au jour-le-jour, soit débordée d’information de moindre importance. Pour éclipser, cacher en plein jour, les questions essentielles.

La plus importante : le pouvoir de la création monétaire laissé aux banques privées. Ce qui leur donne le pouvoir de financer avant tout le pétrole, l’industrie pharmaceutique et chimique, et les guerres. Surtout pas les hôpitaux, l’éducation, la permaculture ou les pompiers, pas assez rentables.

Le Dividende Universel de la monnaie libre, lui, répond à la vraie question de la création monétaire. Il est réellement « Universel » : un humain = un dividende. La vraie remise en question est là. Et il faut à tout prix éviter que ce débat atteigne la sphère publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *