Wikipedia : un co-fondateur n’a plus confiance

Un constat qui ne date pas d’hier

Dans mon roman, « Le Président Providentiel », je m’attarde un peu sur Wikipedia. L’un des personnages propose de créer une encyclopédie alternative. On peut y lire :

« C’est très dangereux de n’avoir qu’une seule voix propageant la vérité. Vous allez me dire qu’il n’y a qu’une vérité absolue et que Wikipedia est impartial et ne prend pas position. Mais par définition, c’est quasiment impossible de ne pas prendre parti lorsqu’il s’agit en particulier de sujets non scientifiques. Même sur des sujets scientifiques, tous les spécialistes d’un domaine ne sont pas forcément d’accord entre-eux. Il est alors facile dans une encyclopédie de relayer en priorité une théorie plutôt qu’une autre. Et lorsqu’on arrive sur des sujets plus politiques, c’est également facile de manipuler l’opinion en donnant plus de crédit à une version ou à une théorie en particulier. Est-ce que vous pourriez par exemple m’ouvrir la page sur les lobbys ? »

À l’écran est alors apparue la page correspondante de l’encyclopédie en ligne. Il a commenté : « Vous allez voir comment la psychologie est utilisée pour manipuler les idées des gens. Pour commencer, la première chose par laquelle est attiré l’œil sur la page, c’est l’image associée. Que représente-t-elle ? Une caricature de lobbyistes anglais. Tout de suite, on vous met dans le cerveau : attention aux caricatures, le lobbyiste, ce n’est pas du tout ça ! »

Il a demandé ensuite à se déplacer vers la section « Les lobbys contre l’intérêt général ».

— Le titre paraît pourtant donner une piste. En fait, la réponse est pourtant très simple, un lobby, par définition, n’est absolument pas pour l’intérêt général, mais pour l’intérêt particulier de celui qui le commandite. C’est la définition même du lobby ! Du coup, l’expression en elle-même « les lobbys contre l’intérêt général » est une véritable lapalissade ! Et pourtant, dans ces paragraphes, on va faire naître dans l’esprit du lecteur le doute sur le fait que, peut-être, en réalité, le lobbyiste est là pour protéger l’intérêt général. Je cite : « il faut se garder d’imaginer le lobbyiste sous les traits caricaturaux du dispensateur de pots-de-vin, confiné au rôle de maillon d’une chaîne de prébende. Le lobbying, le vrai, se distingue à la fois de sa caricature et des pratiques douteuses ». Donc voilà, vous avez une idée fausse du lobbyiste, le vrai est un gars bien et pas un escroc. On retombe dans l’idée de caricature gravée dans l’inconscient collectif. Oui, c’est sûr, on a tous en tête que le lobbyiste est un gros méchant avec des dents de vampire et des cornes. Mais non, mais non, vous assure-t-on. Il est normal le gars ! Il a juste un costard, comme tout le monde et il travaille pour gagner sa croûte. Très bien, continuons. Le paragraphe suivant est intitulé « Une menace pour la démocratie ? ». Ah, peut-être qu’on va y arriver. Vous savez qu’on ne retient principalement d’un texte que les dernières phrases qu’on a lues. Sans compter tous ceux qui vont aller directement en fin de texte pour en lire la conclusion. Eh bien la dernière phrase de cette section est : « le lobbying est bon pour la démocratie ». C’est quand même génial, non ?

Et ensuite, dans le reste de l’article, ça reprend des théories disant que comme les différents lobbyistes travaillent pour des entreprises différentes et concurrentes, ils se contrebalancent, et du coup le résultat global est que tous ces lobbys ne profitent plus à des intérêts particuliers, mais à l’intérêt général. C’est de la manipulation pure et simple à l’aide d’une logique totalement bancale. C’est comme si je disais que si je mélange de l’eau froide avec de l’eau chaude j’obtiens de l’eau tiède. Sauf que si je mets une goutte d’eau un peu froide dans une tasse d’eau bouillante, le résultat ne va pas vraiment être tiède. Pour revenir à nos lobbyistes, on oublie de dire au lecteur qu’en réalité, sur les sujets les plus importants, tous les lobbys ne sont pas sur un pied d’égalité. Quand vous avez d’un côté l’industrie agro-alimentaire abreuvée de milliards face à des associations de consommateurs, il est évident que la bataille est totalement inégale, et que les intérêts particuliers de l’industrie gagnent haut la main face à l’intérêt général. Ensuite, pour les chiffres des lobbys au sein des institutions européennes, pour minimiser les chiffres toute la section s’appuie sur les chiffres de… 1992 ! Il y a 30 ans ! En soulignant qu’il y a aussi des lobbys qui représentent l’intérêt public, sans pointer du doigt les différences énormes de financement de ces différents lobbys. On pourrait rire de la manière dont tout cela est présenté si le sujet n’était pas aussi sérieux, important et grave.

— Vous voulez dire que l’encyclopédie n’est pas objective et a un biais dans la manière de présenter les choses ?

— C’est le moins qu’on puisse dire, on vient d’en voir un exemple typique. Et la raison est très simple. Il s’agit d’un projet privé, assujetti à des financements externes voire à des pressions. Le projet que je propose est un projet 100 % citoyen et financé par l’État, donc sans aucune pression. Il y aura donc une meilleure pluralité d’opinions. Dans notre encyclopédie, le lecteur pourra peut-être apprendre que Greenpeace, la plus grosse ONG à Bruxelles, avait un budget de 1,6 millions d’euros et 15 employés sur place en 2015. C’est énorme, non ? À comparer avec 40 millions de budget et 150 employés de la fédération des industries chimiques, c’est vite remis en perspective.

— Pourtant, n’importe qui peut éditer les pages et ajouter ou modifier du contenu, n’est-ce pas ?

— Ah, ça c’est la belle théorie. Dans la pratique, l’encyclopédie est bien forcée d’avoir une équipe de modération pour éviter que n’importe qui puisse écrire n’importe quoi. Ce sont les biais de cette équipe de modération qui pourrissent justement la neutralité des articles car ils vont, en toute bonne foi, supprimer tout ce qui ne va pas « dans le bon sens » selon eux, et qui est « faux » de leur point de vue. Potentiellement un peu « aidé » par la politique venant de plus haut. Et hop, adieu l’impartialité.

L’avis de l’un des fondateurs

Larry Sanger, l’un des co-fondateurs de l’encyclopédie en ligne, est soucieux. Il nous révèle que les lobbys noyautent l’encyclopédie et menacent donc la pluralité d’opinion. C’est exactement ce que je dénonçais dans le texte cité précédemment.

Cela est valable pour tout ce qui concerne les sujets de société : éducation, santé, politique, science, économie, philosophie, libre-échange, etc. Sur tous ces sujets, le ton de l’encyclopédie n’est pas neutre, loin s’en faut.

D’ailleurs, les copies d’écran du site que j’ai postées plus haut datent de 2018, année de publication de mon livre. La page Wikipedia en question n’a pas beaucoup changé depuis, et malgré de nombreuses tentatives d’édition pour tenter de rééquilibrer le propos, la plupart refusées, le ton général de la page est toujours très favorable au lobbyisme, elle en fait ouvertement l’apologie. D’ailleurs, pour enfoncer le clou, une autre image de caricature a été rajoutée en début d’article :

Une encyclopédie doit-elle suivre uniquement la doxa ?

Dans l’interview vidéo de la section précédente, l’interviewer pose une question pertinente : une encyclopédie ne se doit-elle pas de n’apporter que ce qui fait consensus, afin d’éviter de perdre le lecteur en incluant trop d’alternatives ?

Larry Sanger n’est pas dupe et sa réponse est très claire : sur des sujets controversés, l’encyclopédie doit pouvoir apporter différents points de vue, de la manière la moins biaisée possible. Cela, afin de laisser la possibilité au lecteur de se forger sa propre opinion. En ne suivant que la « doxa », on force un choix, sans d’ailleurs que cela soit explicite pour le lecteur.

Bien sûr, on a tous en tête les encyclopédies mythiques des grands éditeurs. De l’Encyclopædia Universalis à Larousse, et bien sûr les anciennes encyclopédies comme celle de Diderot et d’Alembert. Et effectivement, on pouvait attendre de ces encyclopédies « académiques » qu’elles n’apportent que le point de vue prédominant, la doxa ambiante.

Mais Wikipedia a été créé dans un but différent : autres temps, autres mœurs. D’ailleurs, c’est toujours l’un de ses buts affichés sur la page d’accueil de l’encyclopédie « participative » : « permettre à tout le monde de contribuer ».

 

Avec le sous-entendu que la pluralité d’opinion est encouragée. Et pourtant, ce n’est pas du tout le cas. Ça ne l’est plus. Les enjeux sont bien trop importants. Alors, on laisse croire que « tout le monde peut s’exprimer », tandis que dans les faits et de la bouche même de ce fondateur : « il est de plus en plus difficile, voire impossible, de contribuer, même sur les sujets les plus anodins ».

Rétablissons l’ordre !… dans l’ordre !

Au hasard de mes pérégrinations, je tombe sur cet article aux envolées lyriques :

Les Français veulent de l’ordre

Ah, ça, oui, rétablissons l’ordre ! Ou plutôt, établissons-le, ce serait une première.

Raz-le-bol qu’une minorité de ripoux se permettent en toute impunité de pomper la valeur issue du travail de millions de Français, 100 milliards d’euros d’évasion fiscale en 2018 rien qu’en France, pas moins de mille milliards par an en Europe depuis des années.
 
Raz-le-bol que des gens bien placés, là-haut, fassent tout pour protéger la-dite minorité de ripoux, tout en se gavant tellement de homard et de champagne que ça leur donne des indigestions. Et loin de s’améliorer, le phénomène s’accentue d’année en année.
 
Raz-le-bol de ce Gouvernement et de cette Assemblée qui complotent à 1h du matin pour dégommer, à 25 voix contre 21 sur les 577 députés censés nous représenter, un projet de loi s’attaquant justement à l’évasion fiscale. Et si seulement c’était une exception ! Mais non, c’est une pratique courante !
 
Raz-le-bol que des multinationales pillent allègrement la richesse nationale par évasion fiscale également, le tout protégé par Bercy. Sans compter toutes les techniques pour ne pas payer d’impôts par la grande distribution, 418 milliards d’euros de manque à gagner rien qu’en PACA !
 
Raz-le-bol que des citoyens exemplaires et droits dans leurs bottes soient pourchassés pour dénoncer ces pratiques d’évasion fiscale et illégalités en tous genres, pendant que ceux-là même qui organisent l’évasion fiscale en Europe sont décorés de toutes parts.
 
Raz-le-bol que, pendant que la population d’« en bas » est saignée de plus en plus (APL, retraites et j’en passe), la France est la championne du monde de distribution de dividendes.
 
Raz-le-bol qu’un vol de riz et de pâtes pour se nourrir résulte en peine de prison ferme pendant que des violeurs pédophiles, des escrocs qui volent des millions, se prennent des peines en sursis voire pas de peine du tout. Raz-le-bol que, alors qu’il y a un viol sur mineur toutes les heures en France, on interdit la fessée par une loi, sans oublier la loi sur l’outrage sexiste, aux termes totalement flous ce qui s’avère contre-productif, et totalement décalée de la réalité du terrain, puisque, sans même parler de simples propos sexistes, deux viols par heure font l’objet d’un signalement à la police en France, laissant entrevoir probablement 10 fois plus de viols en réalité. République Ridicule.
 
Raz-le-bol que nos forces de l’ordre, mises sous pression par des ordres illégaux et des rafles sans fondement, souffrent de plus en plus de suicides. Ce sont des individus comme les autres, souvent avec une famille à nourrir, et qui, lorsqu’ils se rebellent face à des illégalités, se prennent des représailles dans un silence médiatique tellement assourdissant que je suis obligé de mettre un lien vers Sputnik News. Quand c’est un média russe qui finit par faire un véritable travail de journaliste et d’information en France, où est passée la soit-disant démocratie dont se gargarisent nos médias ? République Bananière.
 
Raz-le-bol, justement, que l’information soit monopolisée par la même minorité de ripoux, qui au passage nous inonde de fake news et de sondages bidons pour façonner l’opinion publique, tandis qu’on traficote à tour de bras les statistiques.
 
Raz-le-bol de ces politiciens qui méprisent les Français qu’ils sont censés servir. Il fait trop chaud ? Habillez-vous légèrement. Ce que font ces conducteurs de bus en mettant des jupes, faute d’avoir le droit de se mettre en short.
 
Raz-le-bol que nos soit-disant « représentants » soient nos maîtres au lieu d’être nos serviteurs, à grands renforts de vaisselle neuve dont on se sait plus très bien ce qu’elle a coûté. Chère transparence de la République qui ne Marche plus très droit ! Et si le peuple n’a pas de homard, il peut se contenter de kebabs à défaut de fromage et de vin !
 
Raz-le-bol que ces mêmes politiciens véreux prennent cans cesse des décisions contre le peuple : agriculture, santé, services publics laissés mourants par faute de budget alloué puis bradés au privé, surtout s’ils sont profitables (Française des Jeux, autoroutes, barrages, gares, aéroports, etc.), ventes d’armes à des pays sanguinaires sans compter les guerres auxquelles ils font participer la France en notre nom et qui se soldent par de l’immigration massive, juste retour des choses pour un pays qui terrorise des populations entières en larguant des bombes et en soutenant le terrorisme à l’étranger. Et ce, tout en vendant l’indépendance de la France (nucléaire, marine, satellites…) à des puissances étrangères, en toute impunité.
 
Raz-le-bol que les mêmes dirigeants se contre-fichent de la dégradation de l’environnement, pour le plus grand plaisir des multinationales. Car oui, si les particuliers se voient visés dans tous les sens, les grands groupes, eux, polluent en toute impunité. Au point qu’ils s’en fichent tellement qu’ils exportent le plastique à recycler en Malaisie, ça coûte moins cher ! Ah, mais surtout, mettez bien votre plastique dans la poubelle verte ! Sacrebleu ! De quoi être vert de rage, oui ! Mettez bien votre vignette Crit’Air banque de pollueurs ! Pendant ce temps, ArcelorMittal balance des tonnes d’acide toxique dans les sols, et le lanceur d’alertes qui a sonné l’alarme est poursuivi et doit même avoir recours à mendier auprès du bon peuple tellement l’État n’en a rien à cirer.
 
Raz-le-bol que les marchés financiers, à coups de micro-transactions à haute fréquence effectuées par des robots, summum de déshumanisation, fassent la pluie et le beau temps sur des matières premières dont dépendent des humains pour leur survie.
 
Raz-le-bol que nos dirigeants incompétents laissent ces mêmes marchés échapper à tout contrôle dans des Dark Pools de plus en plus importants. Ah oui, c’est vrai, après une bonne décennie de laisser-faire, la BCE a juste commencé à en limiter l’usage en 2018, provoquant un tsunami bancaire qui risque bien de tout emporter.
 
Raz-le-bol que l’État se laisse dicter sa conduite par les mêmes marchés financiers à l’aide de lobbys puissants, et qu’il soit à la botte des banquiers par la dette qui n’est qu’une construction financière d’un schéma de Ponzi un peu élaboré et « légal ».
 
Raz-le-bol de ces hauts-fonctionnaires qui trahissent leur pays en passant du public au privé, faisant profiter ce dernier des trous législatifs qu’ils ont laissés sciemment dans le gruyère des lois qu’ils ont votées eux-mêmes.
 
Raz-le-bol que les forces de l’ordre laissent passer tranquillement des soit-disant black blocs pendant qu’elle dégomme les manifestants pacifistes, tout en gazant tout le monde –dont elles-mêmes– avec des substances toxiques classées secret défense.
 
Raz-le-bol aussi que l’on ne mette pas un peu d’ordre dans le terreau extrémiste qui gangrène la France. Et je ne parle pas des musulmans en général, mais uniquement d’une poignée d’individus influents à qui on laisse carte blanche pour diffuser des idées extrémistes sous couvert de « liberté d’expression » et d’« État de droit ». Et qu’on ne s’y trompe pas. C’est bien du fait de notre politique. Sinon, comment expliquer que la Russie n’ait plus de problème depuis près de 20 ans avec les terroristes islamistes alors que 15 % de sa population est musulmane ?
 
Raz-le-bol qu’on laisse faire les trafics de drogue qui minent et entretiennent le climat délétère de nos banlieues, au point qu’on finit par compter ce juteux « bizness » dans le PIB.
 
Alors, oui, rétablissons l’ordre en France ! C’est un vaste programme ! Il s’agit juste de mettre les priorités… dans le bon ordre !
 
Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout, c’est une prouesse. Eh oui…
 
Raz-le-bol aussi de ces mous du bulbe qui ne lisent jamais les articles et se contentent du titre.
 
Si vous avez aimé ce billet, vous allez adorer mon dernier livre, « La monnaie : l’essentiel », qui résume en moins de 70 pages les frasques de notre système financier et explique tout sur la monnaie en général. Et pour ceux qui sont plutôt « roman », alors vous devriez lire mon roman en téléchargement gratuit en soutien aux gilets jaunes, « Le Président Providentiel », manne d’informations sur notre société qui déraille.
 
Et maintenant, vous pouvez remonter au début et cliquer sur chaque lien. Bel exploit !